Les Démarqués présentent

Le Silence de la mer

De Vercors

À partir de 12 ans

Mise en scène de Gilbert Ponté

Classique mais efficace à en rester sans voix - Le Progrès

Représentations

Théâtre de l'Albatros
29 rue des Teinturiers 84000 Avignon - Plan d'accès

À partir du jeudi 7 juillet 2022 jusqu'au samedi 30 juillet 2022 tous les jours à 10 H 45
Relâche les lundis


Durée : 1 h 20

Résumé

En pleine Seconde Guerre mondiale, un homme et sa nièce se voient forcés d’accueillir chez eux un officier allemand. À défaut de pouvoir s’y opposer, ils prennent le parti de s’emmurer dans le silence, de faire comme si l'homme n’était pas là.
Cette pièce sur la désobéissance est un appel au réveil des consciences, au sursaut face à l’inacceptable.
Publié en 1942, ce texte de Vercors est dʼautant plus puissant quʼil a été diffusé dans la clandestinité. L’œuvre a dérangé, cʼest certain. Voir jouer ce classique apporte une dimension supplémentaire au texte déjà si fort.

Extrait

Bande-annonce : Le Silence de la mer
Lire la vidéo

Fragments de presse

« Le Silence de la mer : classique mais efficace à en rester sans voix. Werner von Ebrennac, incarné par Joël Abadie, est impressionnant dans ce seul en scène au cœur d'un trio »

— Fabienne Mercier, Le Progrès.

« Un silence qui parle… Beau et émouvant »

La Nouvelle République.

« Joël Abadie offre une véritable performance scénique dans son monologue (car la pièce s’apparente à un long monologue). Le statisme du décor, et des deux hôtes, comme prisonniers de leur quotidien, contraste d’ailleurs violemment avec les mouvements et déplacements exaltés de l’officier. Les scènes, perçues comme des tableaux, s’enchaînent par des longs noirs, plongeant le spectateur encore plus loin dans ces moments d’intimités volés, et dans la tragédie inexorable en marche.
Pour découvrir un texte fort et poétique. Et pour se remettre en question »

— Rachelle Dhéry, Un Fauteuil pour l'Orchestre.

« Werner est interprété par un Joël Abadie séduisant et dʼune sensibilité rare, servie par son léger accent allemand »

— Julie Reynier, La Provence.

« Le rôle de l’officier, s’il dispense toujours autant d’énergie, laisse transparaître à travers de subtiles modulations – et non plus seulement par le texte – l’exaltation, l’amour ou le désespoir qui sont les siens »

— Pierre François, HolyBuzz.

Équipe artistique

Distribution : Joël Abadie - Philippe Saïd - Floriane Delahousse

Lumière : Kosta Asmanis

Galerie

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Partager